REDÉCOUVERTE DE L'ALBUM «PORTALIS» : RECUEIL... - Lot 1 - Delon - Hoebanx

Lot 1
Aller au lot
Estimation :
10000 - 15000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 8 500EUR
REDÉCOUVERTE DE L'ALBUM «PORTALIS» : RECUEIL... - Lot 1 - Delon - Hoebanx
REDÉCOUVERTE DE L'ALBUM «PORTALIS» : RECUEIL DE DESSINS ET AQUARELLES [DESSIN]. Album de dessins, lavis et aquarelles Sur papier et sur calque, certains dessins légendés et/ou signés.
France, dessins datés 1830 à 1865
Provenance : 1. Cet album a très certainement été rassemblé par un membre de la famille Portalis. Il y a trois dessins signés Conrad Portalis et quatre dessins signés Roger Portalis. Il y a un dessin plus ancien signé «Le vicomte Frédéric Portalis, conseill­er à la cour royale» (no. 45). On notera aussi que Marie Joséphine Portalis, tante de Roger Portalis, a épousé le Baron Pierre Claude Mechior Cochet de Savigny de saint Valier (1781-1855) : plusieurs dessins sont signés «B[aro]n de Savigny» ou «De Savigny». Ils eurent un fils Fréderic Melchior Cochet de Savigny de saint Valier (1828-1902) et une fille Augusta Marie Cochet de Savigny de saint Valier, cousins immédiats de Roger Portalis. 2. France, collection particulière.
Album de format oblong, avec 85 feuillets, composé de 90 dessins et aquarelles (certains feuillets présentent plusieurs dessins), contrecollés ou fixés sur les feuilles de papier, parfois encadrés d'un liseré à l'encre brune, la plupart sur papier, certains dessins sur papier fort cartonné, un dessin sur papier calque (dessins no. 24 et no. 69)
Reliure de veau glacé aubergine, dos lisse ornés de fers dorés et lettrage doré, encadrement avec décor romantique composé de roulettes à froid, titre «Album» en lettres d'or au centre du plat supérieur, tranches dorées (reliure à faire restaurer, plat supérieur détaché ; quelques épidermures).
Dimensions des feuilles : 285 x 213 mm ; dessins contrecollés ou fixés sur ces feuilles, de dimensions diverses.
Joint : Deux dessins contrecollés sur des feuillets non reliés : (1) Marlet. D'après la légende moderne : «Marchande de macarons. Champs Elysées» (?) (dim. 200 x 148 mm) [la signature Marlet est rajoutée au crayon par une main moderne] ; (2) Marlet. Le porteur à la Halle - 1810. Fontaine des Innocents (dim. 170 x 245 mm). Jean Marlet (1771-1847) était peintre et graveur : après la Révolution il rentre dans l'atelier de Jean-Baptiste Regnault et fut parmi les premiers artistes à pratiquer la lithographie.
Intéressant album de 90 dessins montés ou fixés dans un album s'approchant d'un «Album amicorum», mais il n'y a aucune dédicace ni de thème spécifique. Nous penchons plutôt pour un album de compilation, qui contient des dessins pour un membre ou ami proche de la famille de Portalis, sans doute un temps possession de Roger Portalis.
La famille Portalis est une famille noble provençale, dont le plus célèbre représentant demeure Jean-Etienne-Marie Portalis (1746-1807), un des rédacteurs du Code civil. Parmi les descendants de Jean-Etienne-Marie Portalis, on connait donc les comtes et vicomtes de Portalis, descendants de Joseph Portalis (1778-1858) dont Frédéric Portalis (1804-1846), avocat et magistrat et son fils Conrad Portalis (1840-1917), chef d'escadron mais aussi peintre et sculpteur ; puis la branche des barons Portalis, descendants de Victoire Portalis (1764-1826) et Dominique Portalis (1759-1839) dont Roger Portalis (1841-1912), graveur et critique d'art. Conrad Portalis et Roger Portalis sont donc cousins, strictement contemporains (l'un nait en 1840 et l'autre en 1841), tous deux arrière-petit-fils de Jean-Etienne-Marie Portalis. Tous deux ont un tempérament artistique.
Beaucoup de dessins sont datés. La date la plus ancienne est celle trouvée sur un dessin de Renoux (no. 2) qui porte la date de 1830. On notera ensuite le dessin attribué à Frédéric de Portalis (no. 45), daté 1832. Puis les dessins suivants sont datés des décennies suivantes, années 1840-1880. Le dessin le plus récent est légendé «Villa Doria Pamphili 3 avril 65 (Roma) et daté 1865 (no. 56). On notera le dessin avec la mention suivante : «Trait de plume de M. Albert de Luynes au comité de l'Intérieur le 13 février 1849» (no. 30).
On peut penser qu'au vu du nombre de dessins signés «Portalis» (8 dessins en tout : 1 dessin signé Frédéric Portalis (no. 45 (daté 1832) ; 3 dessins signés Conrad Portalis (no. 46 ; no. 55 ; no. 64) ; 4 dessins signés Roger Portalis (no. 6 (daté 1858) ; no. 32 (daté 11 janvier 1869) ; no. 42 ; no. 59), cet album a certainement été rassemblé dans l'entourage de la famille, peut-être d'abord par Frédéric Portalis, puis son fils Conrad Portalis qui a très certainement été en contact avec Roger Portalis son cousin. Ce dernier a étudié la peinture auprès d'Hippolyte Flandrin et fut l'élève de l'aquafortiste Maxime Lalanne. Si Roger Portalis a peu gravé lui-même, il s'est consacré à d'importantes recherches sur la gravure et la peinture française du XVIIIe siècle dont il n'a cessé de publier les fruits jusqu'à sa mort en 1912. Passionné par le livre ancien, il fut membre de la Société des bibliophiles françois : grand connaisseur en reliures et en calligraphie, on lui doit des études sur Jean Grolier
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue